Accueil

Une plateforme et des urnes pour vos idées

14/01/2020
Une plateforme et des urnes pour vos idées

Si tôt le site jeparticipe.meuse.fr ouvert lundi, deux idées étaient apparues. « On en avait un à Montiers-sur-Saulx pour rénover d’anciens instruments et une demande pour Saint-Mihiel pour une antenne radio », développe Jean-Louis Canova, le conseiller départemental d’Ancerville fort intéressé par la question participative. Deux idées arrivées avant le lancement officiel, c’est dire si le projet « Ma fameuse idée » (budget participatif d’un million d’euros) est attendu. Mais la plateforme en ligne n’est pas le seul canal pour déposer une idée.

Pour cette seconde phase du projet, le Département « assure la distribution des urnes. Les vacances de Noël ont été propices à ce genre d’action. Toutes les communes en ont », affirme Jean-Marie Missler. « Et aussi dans certaines codecoms ou les collèges », ajoute Jean-Louis Canova. Des urnes dans les collèges, « car les jeunes peuvent donner des idées » et un budget de 200 000 euros leur est réservé. Les principaux ont ou auront une présentation privilégiée.

Dépôt d’idée de base

À partir de 11 ans, tout Meusien peut déposer une idée, rentrant dans le règlement. Une association aussi. D’ici au 29 février, « on demande quelques lignes de type "on pourrait faire ça…" », explique Jean-Louis Canova. Mise en œuvre et prix ne sont pas utiles. « Un enfant doit pouvoir déposer une idée », insiste l’Ancervillois.

Les jeunes peuvent donner des idées.
Jean-Louis Canova, conseiller départemental d’Ancerville

Le sujet sera ensuite questionné, travaillé par les services du Département. Si l’idée ne rentre pas dans le cadre, les porteurs seront contactés par le Département pour la retravailler. De plus, si un projet local est intéressant, le Département pourrait le reprendre à son compte pour le développer partout.

Sans oublier que chaque idée déposée en ligne est dès à présent accessible.

Un règlement accepté à l’unanimité

La répartition du budget (jeunes, plafond) est issue des ateliers préparatoires d’octobre (la première phase). « Les réunions ont été bien suivies, il y a eu des moments d’échanges. Le règlement a été bâti avec des personnes différentes », résume le conseiller du canton de Bouligny. Pour rédiger ce règlement, les participants ont été libres. Jean-Louis Canova : « La seule intervention qu’on a eue (Ndlr : au niveau des élus), c’est l’équité dans les cantons, et qu’il y ait un projet par canton » au moins.

Une commission citoyenne a aussi été mise en place pour garantir la bonne conduite du projet. Le conseil départemental avait ensuite adopté à l’unanimité (des présents) le fameux règlement.