Accueil

Le combat d’un maire meusien contre Total et l’État

14/01/2020
Le combat d’un maire meusien contre Total et l’État

Le maire de Champneuville, Daniel Lefort, a fait voter une mise en demeure du groupe Total en raison de son inaction en matière climatique. Dans un recours gracieux, la préfecture de la Meuse a invité la commune à « retirer » une délibération qu’elle juge « illégale ».

Le maire de Champneuville, Daniel Lefort, est un homme déterminé et un ardent défenseur de l’environnement. Un mois après avoir l’avoir publiquement interpellé, l’élu avait ainsi rencontré le PDG de Total, Patrick Pouyanné, à la Défense, en compagnie des cosignataires de l’Appel du 18 juin.

« Une rencontre constructive à l’issue de laquelle j’imaginais que Total prendrait des mesures par rapport à son devoir de vigilance mais il ne s’est rien passé. » Trois mois plus tard, Daniel Lefort a donc fait voter une mise en demeure du pétrolier par le conseil municipal de sa commune. Mais le 17 décembre, il a reçu un recours gracieux de la préfecture de la Meuse, l’invitant à « retirer » une délibération qu’elle juge « illégale ».

« Je pallie une défaillance de l’État »

« Dans le contexte de la COP 25, qui fut un fiasco, je pense qu’ils auraient pu s’en passer dans la mesure où je pallie une défaillance de l’Etat », regrette-t-il. Ce que lui reproche la préfecture ? « Des dépenses dénuées de tout intérêt pour la commune », « l’absence de lien suffisant entre les préjudices susceptibles d’être subis par la commune et les activités de Total SA », « une action militante » et une délibération qui « ne répond à aucun besoin direct de la population  ».

Devant ces arguments, Daniel Lefort rit jaune. « Personnellement, je suis militant. Mais pas le conseil municipal ! C’est une assemblée de citoyens responsables qui pallie le vide de l’État par rapport à son devoir de vigilance. Des dépenses ? Mais à aucun moment on engagera l’argent de la commune. On me dit qu’il n’y a pas de rapport entre Total et Champneuville mais tous les citoyens sont impactés par le dérèglement climatique. Vous comme moi ! Les rapports du GIEC (N.D.L.R. : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sont de plus en plus alarmants, l’urgence n’est plus à démontrer. »

Un conseil ou une menace ?

Tout comme « le courage politique » de l’irréductible Meusien, qui a deux mois pour réunir le conseil municipal et retirer la délibération susceptible de générer un « recours contentieux devant le tribunal administratif de Nancy », comme l’indique la préfecture.