Accueil

Champneuville interpelle le patron de Total !

10/05/2019
Champneuville interpelle le patron de Total !

L y a Évry, Grenoble, Vitry-le-François, Bègles, Bayonne, Arcueil et… Champneuville, 125 habitants. La petite commune du Nord de la Meuse est dirigée par son maire Daniel Lefort. Écologiste, l’édile fait souvent la une pour ses initiatives en matière de protection de l’environnement.

« Je fais partie de l’association Eco Maires depuis 2010 », confie-t-il. Eco Maires, c’est une « association nationale et internationale des maires et des élus locaux pour le développement durable ». Cette dernière, dans le cadre de son action « Climat » a lancé « une campagne d’interpellation du Groupe Total par rapport à son devoir de vigilance », poursuit Daniel Lefort.

« On doit faire sa part à son niveau »

Le devoir de vigilance est consigné dans la loi de 2017. C’est une obligation faite aux entreprises donneuses d’ordres de prévenir les risques, en particulier environnementaux.

Alors, le 10 décembre 2018, la commune a adopté une délibération pour dire à Eco Maires : « OK, on est d’accord pour interpeller le Groupe Total. La délibération a vraiment été débattue et n’a pas fait l’unanimité ». Mais elle a été adoptée. D’autres communes, mais aussi des associations se sont jointes au mouvement.

Le maire, qui vient toujours à vélo dans sa mairie, a engagé sa commune. La seule de Lorraine. « On essaye, au niveau de la commune de faire des efforts dans le tri des déchets et de ne pas polluer au quotidien », confie-t-il. « On doit faire sa part à son niveau. L’effort mondial doit être fait par tout le monde ».

Extractions pétrolières, huile de palme… Daniel Lefort fulmine : « Il faut que Total fasse des efforts sinon on n’atteindra jamais la limitation à 1° C du changement climatique ».

Daniel Lefort signale aussi que cette semaine est celle de l’IPBES à Paris, « c’est le Giec pour la biodiversité ».

« Je pense que je ferai partie de la délégation »

Quant à l’action en direction de Total, « nous avons eu beaucoup d’échange de courriers pour savoir ce qu’il comptait faire pour ne pas impacter négativement le dérèglement climatique. On voulait interpeller leur conscience ».

Deux propositions de dates ont été faites et le groupe d’élus devrait rencontrer Patrick Pouyanné en juin. « Je pense que je ferai partie de la délégation », précise Daniel Lefort. « Pour voir s’il y a eu amélioration par rapport à son devoir de vigilance ». Et d’ajouter : « Ne pas polluer, c’est mieux que de mettre des mesures compensatoires ».